Poster un message

En réponse à :

editorial du 4 au 11 mai

vendredi 4 mai 2012 par Radio-Grésivaudan

Quel éditorialiste n’a pas connu, au moins une fois, l’angoisse née du trop plein, à côté de laquelle l’angoisse de la page blanche apparaît comme un effarouchement de vierge limousine. Et depuis des semaines qu’on débat sur l’avenir du quinquennat tout a été dit ou presque. Et si je veux bien convenir que l’enjeu méritait que l’on s’y attardât, vous conviendrez aussi avec moi que l’on frise maintenant la saturation si vous me pardonnez cette audacieuse image de capilliculteur. Comme vous j’aspire à un (...)


Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Soutenir par un don