Poster un message

En réponse à :

"téléphone portable : comment se protéger"

vendredi 20 avril 2007 par Radio-Grésivaudan

"téléphone portable : comment se protéger" d’ Annie Lobé paru aux éditions santé publique le livre : Le portable, c’est pratique, mais c’est dangereux. Comme l’amiante, sauf que nous y sommes toutes et tous exposés. Car un portable en veille émet en permanence des ondes imperceptibles qui traversent la peau et viennent modifier le fonctionnement de nos cellules. Et les micro-ondes émises par les portables sont mêmes capables de passer au travers des murs. Ceux qui se croient à l’abri parce qu’ils (...)


En réponse à :

SE PROTEGER DE LA TECHNOLOGIE SANS FIL !

mardi 24 avril 2007

Soyons précis : 256,4 millions de portables vendus dans le monde au premier trimestre 2007.

Et pour continuer notre première intervention, parlons un peu de cette bataille sans fin. A Brest, nous sommes peut-être 3 personnes (et encore) sur plus de 200.000 habitants à arrêter les gens dans la rue comme le font "les Mormons" pour apporter la bonne parole...distribution de tracts, discussion directe avec les jeunes qui sont les plus à l’écoute d’ailleurs, par rapport au fougueux trentenaire ou quadragénaire ! Tout cela en espérant que la personne avertie en avertira une autre...Et ça c’est en étant optimiste, car même avec un appareil qui montre la pollution électromagnétique, des familles chez lesquelles nous nous sommes rendus de 2001 à 2006 ont, pour la plupart, gardé leur WIFI, leur DECT, leurs portables et n’ont rien changé à leurs habitudes tout en continuant à se plaindre de maux de tête et de fatigue !!!

Concernant les antennes relais, de plus en plus de riverains qui avaient décidé de se battre, nous demandent de ne plus faire de bruit autour du problème des ondes électromagnétiques, car ils veulent vendre leur maison ou leur appartement...Mais à qui ?

A un jeune couple avec enfants ? A un couple de personnes à la retraite ? Où est la morale là dedans ?

Et cette mère de famille de Paris dans le cinquième arrondissement qui n’a pas d’autres solutions que d’attaquer en justice ses voisins de l’immeuble d’à côté car ils ont installé le WIFI derrière le mur de la chambre de ses enfants, enfants qui se réveillent depuis avec des maux de tête épouvantables.

A Brest, comme nulle part ailleurs nous nous trouvons souvent face à des personnes très bien informées sur les ondes, puisque le technopole de Plouzané abrite des entreprises de pointe concernant la téléphonie, les radars...les gens savent et se taisent...parce qu’ils ont un boulot...comme dans les HLM, les locataires ne se sentent pas bien, mais très souvent ils ont eu des difficultés à obtenir un logement alors ils se taisent...pendant que les cadres de tout ce joli monde habitent sur le littoral ou dans des appartements de luxe à l’abri de cette technologie honteuse et odieuse.

La force des industriels c’est leur argent et la rapidité à laquelle ils abrutissent la population qui n’a même plus le réflexe de bouger le petit doigt, prise dans le tourbillon de la nouveauté des produits proposés.

Leur seule faiblesse est que dans 30 ans on en sera à 50.000 morts ou plus par an pour la seule France, en sachant que les morts sont déjà là...mais où ? Il va falloir les comptabiliser, comme pour l’alcool et le tabac...et pour cela il va falloir des études, ces études qui, bien étalée dans le temps avec des résulats toujours aussi peu francs, vont permettre à cette industrie de continuer à vendre...

Notre force ? Nos convictions.

Nos faiblesses ? Inquantifiables...comme le ridicule de nos actions par rapport à la réalité. Et ça, il faut en être conscient pour éviter de croire que nous, combattants, sommes les élus d’un peuple qui n’attend que nous pour continuer à vivre. Les morts seront là...quoi qu’on fasse...

Président : Olivier Escavi Daranc

Association nationale APURSETAP http://associationnationaleapursetap.centerblog.net Alerter Prévenir Urgences Réagir Sauver ET Autres Projets

08 71 21 66 42


Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Soutenir par un don