les Amazighs

mercredi 10 novembre 2010 par Radio-Grésivaudan

Les Imazighen ou Berbères sont un ensemble d’ethnies autochtones d’Afrique du Nord. Ils occupaient, à une certaine époque, un large territoire qui allait de l’Ouest de la vallée de Nil jusqu’à l’Atlantique et l’ensemble du Sahara et y fondèrent de puissants royaumes, formés de tribus confédérées. Connus dans l’Antiquité sous les noms de Libyens, Maures, Gétules, Garamantes ou encore Numides, ils subirent ensuite la conquête romaine, la christianisation, l’invasion vandale, la conquête arabe et la conversion à l’islam. Le plus connu des royaumes berbères fut la Numidie avec ses rois tels que Gaïa, Syphax et Massinissa. On peut aussi parler de l’ancienne Libye ainsi que des tribus connues tels que les Libus, et les XXIIe et XXIIIe dynasties égyptiennes, qui en sont issues. Sans oublier la civilisation de Carthage créée par les colons Phéniciens, qui fera plus tard partie de la Province romaine d’Afrique suite à la troisième guerre punique. Il y eut aussi des expansions berbères à travers le Sud du Sahara, la plus récentes est celle des Touaregs et la plus ancienne celle des Capsiens.

Origines du Mouvement Amazigh en France

Malgré des tentatives isolées de défense de la langue amazighe en Algérie notamment par des pétitions et la création de comités de soutien en faveur de l’enseignement de la langue amazighe (CRAPE-F.D.B-CCB de Ben Aknoun-RTA cours de Berbère à la faculté d’Alger dispensés par feu Mouloud Mammeri…), le pourvoir en place avec sa répression farouche et sans aucune concession a empêcher d’aboutir toutes ces initiatives qui se sont alors déplacées dans l’émigration où le terrain semblait plus favorable. C’est ainsi que l’année 1966 a vu la création de l’Académie Berbère « Agraw Imazighen » qui sera dissoute en 1978.
Cette association française régie par la Loi 1901 fût fondée par quelques intellectuels Franco Kabyles dont Rahmani Abdelkader, Hanouz Med Saïd, Naroun Amar, Khelifati Med Amokrane, Marguerite Taous Amrouche…
A partir des années 1968/70, le bureau de cette académie comprenait : Un Président : Hanouz Med Saïd, pharmacien, un Vice-président : Youssef Achour, Ancien Sous-préfet et Sénateur, un Secrétaire Général : Hamici Hamid, animateur de la chaîne de radio kabyle, une Trésorière Mme Mina Charlette. Bessaoud Med Arab assurait les fonctions de secrétaire de l’association où il a élu domicile au 5 rue d’Uzès.
L’Académie berbère avait été durant une dizaine d’années le rendez-vous de toute une génération de militants amazighs mobilisés pour la défense et la réhabilitation de l’identité amazighe dans les pays de l’Amazighie* (Afrique du Nord).
Le premier travail de vulgarisation, de sensibilisation et de conscientisation des populations a été principalement l’œuvre de l’Académie Berbère « Agraw Imazighen » de Paris, de l’Académie Berbère de Roubaix fondée par moi-même en 1971 ainsi que de l’Union du Peuple Amazigh (UPA) fondée en 1974 par le regretté et ami Amar Neggadi.
L’Académie berbère Agraw Imazighen avait un discours basé sur la vulgarisation de l’histoire, la réhabilitation des grands personnages et autres héros de l’histoire et de la civilisation amazighes. Elle avait eu l’intelligence de réhabiliter l’alphabet amazigh Tifinagh qui avait servi de support à la prise de conscience identitaire amazighe. C’est ainsi qu’elle a su redonner la fierté à tous les Amazighs d’Afrique du Nord et des Iles Canaries. Toutes les générations qui ont suivi le Printemps amazigh de 1980 lui doivent leur conscientisation politique et identitaire.
La réappropriation de l’identité amazighe s’est faite par la réhabilitation des grandes figures de l’histoire amazighe, Massinissa, Jugurtha, Syphax, Tacfarinas, Kahina, Koceila…

( en savoir plus : http://www.amazighnews.net/)

 

Témoignage de participant à la journée d’ouverture de la saison des peuples Autochtones à la maison des associations de Grrenoble


ecouter le temoignage

Soutenir par un don