editorial du 9 au 16 septembre

jeudi 8 septembre 2011 par Radio-Grésivaudan

On ne vantera jamais assez la contribution des salles d’attente de coiffeur ( ou de dentistes, ou de médecins , rayez la mention inutile) à l’information de celles et ceux qui les fréquentent. C’est ainsi qu’hier, lors d’une visite à un homme de l’art, je suis tombé sur un vieux numéro du Figaro magazine, coincé entre Gala et une collection de Voici.

A cet égard, comme on dit quand on a fait les bonnes écoles, le dossier publié par ce numéro du Figaro Magazine est édifiant. Edifiant et indécent. La journaliste y cloue aux piloris les bénéficiaires du RSA,"ces demandeurs d’emploi qui ne demandent pas grand-chose sinon de rester chez eux devant la télé". Il faut bien sûr les imaginer vautrés sur leur canapé - c’est d’ailleurs ainsi, paraît-il, qu’on les surnomme, les "canapés"- rotant de la bière , pas rasés et pas très propres. Une insulte pour ceux qui travaillent et dont les efforts sont récompensés par le SMIC. D’autant plus que ces fainéants peuvent gagner plus que ceux qui travaillent ! Une honte, quoi ! Et , en plus, ils fraudent partout et tout le temps. Beaucoup, beaucoup moins - une "pauvre fraude de pauvre" selon un commentateur - que ceux qui les emploie, mais quand même ! A titre d’exemple la fraude imputable aux salariés dont est victime La Caisse Nationale d’Allocations Familiales représente 0,13% du total. C’est d’un minable ! Mais la recette est bien connue. Et elle a fait ses preuves. Alors pourquoi s’en priver ? Et quand il s’agit de rassurer Neuilly, rien de plus efficace que d’observer les pauvres se battre entre eux, pauvres au SMIC contre pauvres au RSA.

Heureusement que la vraie France veille et que de vrais journalistes sont là pour éclairer les honnêtes gens. Et quand on apprend dans la presse que le montant du RSA a augmenté au 1er janvier 2011 de 1,5% , passant de 460,09 à 466,99 euros pour une personne seule, on frise le scandale à encourager ainsi l’oisiveté. Et la journaliste du Fig Mag sait de quoi elle parle. Epouse d’un ponte du CAC 40 qui a vu sa rémunération augmenter de 180% passant de 460.000 € par an à 1,3 millions, elle est à l’évidence au coeur du problème.

Mais comme on est des gens sérieux sur cette radio, il n’est pas inutile de donner quelques chiffres afin que chacun puisse se faire une idée de ce que coûtent les pauvres.

(Rappel SMIC : 1365 €, brut, pour 35 heures)
RSA socle : 466,99 € pour une personne seule ( 411 € avec aide au logement) ; 700,00 € pour un couple sans enfant ( 588 € avec aide au logement)
 Prix moyen des loyers, au mètre carré : Paris:30 €, Ile de France 20 €, Grenoble 12,40 €.

Seuil de pauvreté :
791 € ( 50% du salaire médian) pour une personne seule
1028 € pour une famille monoparentale avec un enfant

Il reste que la vigilance s’impose si l’on ne veut pas que prolifère le cancer de l’assistanat, selon les propos d’un sous-ministre racolant les voix à venir des bons français bien de chez nous. Il faut saluer le FigMag pour sa contibution à l’édification de la morale publique et des honnêtes gens et denoncer ceux qui , comme Zola en son temps*, se rangent du côté des fainéants .

Salauds de pauvres !

MA

* "Quels gredins que les honnêtes gens !" in Le ventre de Paris ;

 

 

 

 

 

 

 


Soutenir par un don