editorial du 9 au 16 novembre

vendredi 9 novembre 2012 par Radio-Grésivaudan

Un samedi de septembre où il faisait beau et bon vivre, j’ai arpenté les ruelles de Cluny avec mon micro. Cluny semble être une ville faite de convergences spirituelles, artistiques et culturelles, dont l’abbaye magnifique est bien connue en Europe et dont les Arts et Métiers attirent plus d’un étudiant... En effet Cluny est une ville très belle, baignée d’une âme singulière. C’est ce matin là, glacial et ensoleillé, au marché, dans les ruelles remplies d’Histoire, dans le cloître de l’abbaye, que j’ai posé cette question aux passants : "Qu’est ce que, pour vous, devenir soi-même" ?
Surprenante question, la plupart du temps, pour tout les passants, mais rarement esquivée.
Tout le monde ou presque se sent concerné par le Devenir Soi, mais tout le monde ne le voit pas du même oeil... Et c’est cela qui est intéressant :
"Etre soi-même, d’accord... mais devenir soi-même, je ne me suis jamais posé la question !"
"Apprendre à se connaître..."
"J’y arriverai jamais, c’est trop compliqué !"
"Le devenir soi-même, c’est le chemin de l’homme"
"C’est du mouvement et justement, on se transforme comme ça..."
"Devenir soi-même ?! Pourquoi vous me posez cette question d’abord, à quel titre ?"
"C’est trouver sa vérité et dieu sait si elle est pas facile !"
"C’est grandir toujours, ouvrir les portes..."
"Etre disponible pour soi et du coup pour les autres, partager de l’énergie, des choses créatives et agréables..."
"Une entreprise de longue haleine qui ne s’achève qu’à la veille de l’agonie"
"Se laisser surprendre et accepter le changement"
"On sait pas qui on est au départ ! Etre soi-même pour moi n’a pas beaucoup de sens !"
"On est soi-même au départ, après il faut enjamber les choses qui vous empêchent !"
"On ne devient progressivement soi-même qu’à la rencontre de l’autre, on ne devient jamais soi-même tout seul !"

Pour moi, le Devenir Soi se fait écho de grandes qualités humaines, cultivées pour soi et les autres. Ce même Devenir qui nous pousse dans un mouvement perpétuel de l’esprit et du corps, souffle qui dans l’art de vie nous mène à "résonner" un peu mieux, en sympathie avec nous-même, avec ceux qui nous entourent. Ecouter, regarder, sentir, toucher, goûter à pleins sens qui je, tu, nous sommes profondément.
Quête d’harmonie ? Art de s’émanciper ?
Il semble qu’il est nécessaire de faire place en soi-même pour accompagner ce mouvement vers le Devenir.
Ecouter en soi et venir à la rencontre pourraient en être le début.

E.G