editorial du 8 au 15 novembre

vendredi 8 novembre 2013 par Radio-Grésivaudan

Lettre des président-e-s de radio associatives de France aux député-e-s

Monsieur, Madame le/la Député(e),

Nous sommes amenés à vous alerter sur la menace d’une diminution des financements des radios associatives en 2013, puis sur le budget 2014 de l’Etat qui vous sera présenté par le Ministère du Budget.

Depuis trente ans, les radios associatives ont participé à l’essor culturel et économique des territoires. Elles sont des acteurs essentiels à l’expression des citoyens, participent à la lutte contre toute forme d’exclusion et sont les garantes de la démocratie locale.

Aujourd’hui, notre mission au service de la liberté d’expression est gravement menacée. En effet, afin d’assurer l’existence de nos radios non commerciales aux cotés des acteurs économiques de la radiodiffusion, l’État a instauré depuis les années 80, le Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique (FSER). Depuis 2010, ce Fonds reste bloqué à 29 M€ alors que le nombre de radios éligibles ne cesse de croître… Mécaniquement, chaque radio voit ses subventions diminuer alors que les charges de fonctionnement sont en constante progression.

La situation est d’autant plus inquiétante que le Ministère du Budget prévoit une baisse budgétaire à hauteur de 6% des crédits du FSER 2013. Cette mesure serait d’autant plus injuste que les crédits du FSER proviennent d’une taxe prélevée auprès des régies publicitaires des radios et des télévisions qui elle augmente.

Si une telle disposition était appliquée, elle mettrait immédiatement en péril l’activité de notre radio et les emplois que nous avons réussi à créer, puis pérenniser non sans difficultés. Sur plus de 600 radios locales autorisées par le CSA, le secteur de la radiodiffusion associative compte actuellement 2800 salariés et constitue le 1er employeur radio en France.

Si la situation critique dans laquelle nous sommes déjà se dégradait encore plus, nous ne pourrions plus financer les emplois et donc assurer la majeure partie de nos actions au service des citoyens et de la vie associative. A terme, elles disparaîtraient.

A l’aube d’échéances importantes pour la démocratie locale et européenne, l’État veut-il se passer de notre mission de communication sociale de proximité ? Que serait le paysage radiophonique de demain sans les radios associatives ?

Nous savons que vous mesurez l’impact de notre travail et les enjeux pour notre territoire, c’est pourquoi nous vous sollicitons aujourd’hui afin que vous interveniez de toute urgence auprès de Monsieur le Ministre du Budget pour la levée immédiate du gel budgétaire 2013 et le maintien, à minima, de l’enveloppe du Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique à hauteur de 29 M€ pour 2014 (PLF prévu à 28,8 M€).

Restant disponibles pour vous apporter toute explication complémentaire,

Veuillez croire, Monsieur, Madame le/la Député(e), en l’expression de toute notre considération.


Soutenir par un don