editorial du 29 novembre au 6 décembre

vendredi 29 novembre 2013 par Radio-Grésivaudan

Aujourd’hui j’ai décidé de me faire plaisir ! Je vais m’offrir un petit cadeau... Comme j’ai été sage toute l’année et que bon, mon bien-être c’est important, et bien aujourd’hui je décide de m’acheter un acte sexuel ! Waou... Hum... J’en suis tout excité ! Bon, je suis novice en la matière donc j’ignore combien ça coûte (je pense que ça doit dépendre de la qualité du produit et de la nature des options qu’il propose), mais je pense que c’est certainement moins cher qu’une amende de 1500€... Oh... C’est cheeer... Mince...
Mon cœur balance...
Comment je vais faire si je veux assouvir mes pulsions les plus primaires ? Bah oui, parce que moi, je suis puceau et j’ai du mal à aller vers les femmes, et que bon, ma main, j’en ai un peu marre... Je ne vois que deux issues : soit je deviens hors-la-loi en allant voir une pute (mais une pute éthique, hein, une pute indépendante comme le sont apparemment 15% des putes en France), soit je ne fais rien, je suis frustré, et peut-être qu’un jour je ne saurais plus me contrôler et sauterais sauvagement sur un sexe féminin. Aïe aïe aïe...
Mon cœur balance encore...
Je ne sais pas quoi faire... Je me ronge les cuticules... Je ne sais pas quoi penser de ce projet de loi. D’un côté, c’est évident que la traite des femmes est un réel problème et qu’il faut faire quelque chose. C’est bien évident. Il n’y a qu’à se balader le soir dans les rues de n’importe quelle ville pour prendre conscience que les gamines qui font le trottoir n’en sont pas ravies, qu’elles ne sont qu’esclaves et morceaux de viande, et que comme beaucoup de femmes, elles rêvent probablement à des conditions de vie plus simples... Et celles-là, je suis pour les aider, d’ailleurs c’est pas mal cette histoire de « parcours de sortie » et « d’accompagnement social »... Mais il y a un truc qui me chiffonne : je trouve que ça n’est pas très cohérent que la prostitution soit légale et en même temps de pénaliser les clients. Je trouve ça un peu hypocrite... Ca veut dire que les prostituées ont le droit de racoler (d’ailleurs le délit de racolage passif a été abrogé cette année) mais que celui qui va venir les voir va raquer s’il se fait choper. Du coup, comment c’est possible de racoler en toute confiance ? Est-ce que ça ne va pas pousser les prostituées à trouver des stratagèmes de plus en plus illégaux et clandestins pour gagner de l’argent, que ce soit pour elles ou pour leur mac ? Est-ce que c’est vraiment la solution ?
Je crois qu’il faut se rendre à l’évidence, la prostitution est une réalité qui, dans la majorité des cas, est liée à d’atroces dérives. Mais dans d’autres situations, beaucoup plus rares, je l’admets, elle est un choix et pas une « violence faite aux femmes », et ça il ne faut pas le nier.
Dans tous les cas, si elle n’existait pas, le monde serait probablement témoin de bien plus de dérives sexuelles. Alors que faire ? Pour ou contre cette loi ? Je n’ai pas vraiment d’idées. Mais peut-être faudrait-il réfléchir au rôle social que jouent les prostituées, toutes celles qui revendiquent leur droit à accueillir des hommes paumés en manque de sexe, ou tout simplement en manque de réconfort, ou même d’écoute, pour certains.
Alors arrêtons de faire semblant de se voiler la face, de faire comme si tout était rose, que tout le monde avait une sexualité épanouie et acceptons que certains passent par des chemins différents pour avoir recours au plaisir, tant que les choses sont claires entre client et vendeuse.

E.P