editorial du 27 novembre au 4 décembre

vendredi 27 novembre 2009 par Radio-Grésivaudan

Vendredi matin à Pontcharra, les retrouvailles étaient joyeuses. Retrouvailles, car se dérouler le deuxième volet de l’inauguration du pole d’échange multimodal. Une inauguration qui fait suite à celle consacrée à la suppression du passage à niveau. La gare de Pontcharra, gare de rayonnement local, est devenue le coeur d’un pôle d’échanges multimodal, exemplaire pour le Grésivaudan. En effet, ce pole permet l’accessibilité à tous les modes de transport (quais de bus, abris vélos, dépose-minute & taxis, parkings relais…), améliore grandement l’accueil et le confort des usagers (suppression du passage à niveau, passages souterrains avec une accessibilité Personnes à mobilité réduite, des cheminements piétons…).

Le pole multimodal de Pontcharra est exemplaire, car il n’est pas isolé dans le Grésivaudan. Il s’inscrit dans une compétence de la communauté de commune du Grésivaudan en matière de transports urbains sur son territoire. Le pole est donc un élément d’une chaine qui comprend 58 lignes, à vocation principalement scolaire, internes au territoire et de 2 lignes traversales. Et en projet l’ouverture imminente de 8 nouvelles lignes, le renforcement de 5 lignes existantes et un nouveau service de transport à la demande.

Ce dernier point devrait permettre une déserte, enfin possible, dans les communes de montagnes qui en dehors du bus scolaire, ne voyaient pas passer grand-chose.... Cette desserte à la demande permettra également d’étudier concrètement les nécessités de mise en place de nouvelles lignes.
Au-delà, des transports collectifs, il faut noter le soutien à d’autres façons de se déplacer via par exemple le covoiturage ou les modes doux comme le vélo.

Le pole multimodal de Pontcharra s’inscrit donc dans un projet global des transports dans le Grésivaudan. Il faut souhaiter que sur ce sujet, des interactions avec nos voisins savoyards et Grenoblois se fassent sur les mêmes bases. La politique actuelle de la métro et de Grenoble laisse planer quelques sombres doutes. L’obsession de la rocade nord en est une illustration...

E.L