editorial du 26 octobre au 2 novembre

vendredi 25 octobre 2013 par Radio-Grésivaudan

A la une de Libé du jeudi 24 octobre 2013 : « Pôle Emploi – L’art de (ne pas) trouver un job ».
Ah bon ?! Je pensais qu’on le savait déjà... Enfin, peut-être ne sont-ce conscients de cette réalité que ceux qui, comme moi, sont des abonnés-pôle-emploi-longue-durée... Du coup, c’est l’occasion de tenir informés ceux qui n’étaient pas au courant...
Alors... qu’est-ce que Libé nous réserve... ? « Certains jours, on ne sait pas quoi dire aux gens qu’on a convoqués ». Ah mince, je ne suis pas abonnée à liberation.fr, je ne peux pas lire l’article, mais ! Peut-être n’ai-je pas besoin de le lire, parce que ça, moi, je le sais déjà... Toutes les fois où j’ai eu rendez-vous avec un conseiller, il ou elle ne savait pas trop quoi me dire... En gros, je repartais en me disant qu’ils ne servaient vraiment à rien. Pourtant, je venais avec des questions précises et une recherche précise de poste précis, avec un profil plutôt précis. Journaliste de formation et également diplômée en langues étrangères, j’ai toujours cherché un poste de journaliste. Ca paraît assez logique. Pourtant, Pôle Emploi ne m’a jamais avertie quand il y avait un poste se rapprochant de mon profil. Alors certes on peut argumenter en insistant sur le fait que les postes de journaliste ne courent pas les rues, mais quand même, je ne peux pas m’empêcher de vous faire partager une anecdote des plus trépidante... Pôle Emploi (ou l’ANPE avant) m’a plusieurs fois proposé de devenir... chasseur alpin ! Oui oui, chasseur alpin ! Peut-être est-ce parce que j’habite à Grenoble et que dans chasseur alpin, il y a alpin ? Le mystère reste entier...
Ensuite, Libé titre une interview : « Chômeurs et conseillers mal dans leur Pôle ». Au-delà du jeu de mot pas hyper finot, Libé vise juste. Effectivement, chômeurs, mais aussi conseillers, ne s’y retrouvent pas... Et ça, c’était prévisible. Je me souviens avoir réalisé une interview en 2009, lorsque l’ANPE fusionnait avec les ASSEDIC. J’étais allée rencontrer un représentant syndical de l’ANPE de Saint Martin d’Hères, qui m’avait dit à peu près les mêmes choses que l’on peut entendre dans le reportage vidéo de Libé, « A Pôle Emploi, « je fais de l’abattage » ». On y retrouve trois conseillers Pôle Emploi remontés, qui dénoncent sans scrupule les réalités quotidiennes auxquelles conseillers et chômeurs doivent se confronter : temps d’entretien trop courts, travail bâclé (« maintenant on regarde tout vite fait »), « travail de saisie », « masse d’outils » et de logiciels plus que réel suivi des usagers, etc. Bref, à Pôle Emploi, c’est la merde, côté usagers comme côté salariés.

Je me demande aujourd’hui à quoi sert Pôle Emploi. Je me demande si des gens dégotent vraiment du boulot, sont vraiment suivis, y trouvent un vrai accompagnement... J’ai trouvé sur le site de l’INSEE une définition de Pôle Emploi. Je vous la cite ici : « Il a pour mission d’accompagner tous les demandeurs d’emploi dans leur recherche jusqu’au placement, assurer le versement des allocations aux demandeurs indemnisés, aider les entreprises dans leurs recrutements et recouvrer les cotisations. » Et l’INSEE ajoute : « En 2009, l’ANPE et les Assedic ont fusionné afin de mieux accompagner les demandeurs d’emploi dans leurs démarches de recherche d’emploi et d’indemnisation. » A méditer...
Et puis, si vous êtes curieux, voilà une création sonore intéressante autour de Pôle Emploi...

E.P