editorial du 20 au 27 janvier

vendredi 20 janvier 2012 par Radio-Grésivaudan

Aujourd’hui deux nouvelles à priori sans liens, la victoire de Kokopelli et La fermeture de Megaupload. Et pourtant, des deux coté, ne s’il s’agit-il pas simplement du droit d’auteur ou devrais-je dire l’obligation de propriété à toutes choses et du devoir devoir de protéger les grands groupes ?
Du coté de Kokopelli, l’interdiction porte sur l’obligation de ne vendre que des semences inscrites au catalogue officiel et cela pour des raisons de santé.
Du coté de a fermeture de Megaupload, la justice américaine a fermé 18 sites Web, dont les services très populaires Megaupload (téléchargement direct) et Megavideo (streaming) dans le cadre d’une vaste procédure judiciaire de défense des droits d’auteurs. Avec la mise en examen de sept personnes liées au réseau de sites Web "Mega", accusés de conspiration. Les sept hommes risquent jusqu’à vingt ans de prison. Sans jugement, ni procès, le FBI a bloqué directement l’accès aux sites, en utilisant la procédure controversée de blocage DNS.

Deux voies, deux stratégies différentes :
obliger d’utiliser un référencement, une norme, un brevetage officiel
défendre toutes formes d’atteintes à aux droits d’auteurs.

Ne s’agit-il pas tout simplement d’établir un monde où toutes choses est associé à un propriétaire, et qui dit propriétaire dit rémunération. Cela est clairement dit par les defenseurs de ce concept : " C’est le financement des industries culturelles dans leur ensemble qui est mis en cause" Ils parlent bien d’industrie et non pas de création.

Que dit l’avocat chargé du dossier Kokopelli devant la Cour de Justice de l’Union Européenne dans ses conclusions ? Que, d’une part, les règles relatives à l’admission des semences au Catalogue Officiel n’ont « aucun rapport avec la santé des plantes  », d’autre part, que « il appartient aux agriculteurs de décider des variétés qu’ils cultivent  », enfin que cette législation limite excessivement le choix des consommateurs qui n’ont « ni accès aux denrées alimentaires ou autres produits issus de variétés qui ne satisfont pas aux critères d’admission, ni la possibilité de cultiver eux-mêmes ces variétés, par exemple dans leur propre jardin ». De même, l’avocat général rappelle que « le fait que les agriculteurs soient cantonnés à des variétés admises réduit enfin la diversité génétique dans les champs Européens ». Et il Il en conclut « les inconvénients de l’interdiction de commercialiser des semences de variétés non admises l’emportent manifestement sur ses avantages. »

Que dit le parti des pirates sur la fermeture de Megaupload : "Au lieu de doter l’industrie du droit d’auteur de toujours plus de moyens répressifs, et de traiter comme un réseau de mafieux toute plate-forme qui génère du profit en diffusant des œuvres, il faudrait mettre en place un mécanisme simple et équitable pour que les auteurs et les artistes"

 

Herbert Pagani parlait déjà de tout cela à travers la voix du président de l’europe uni dans son album Mégalopolis : " Chacun sait qu’un espace libre est libre. Et s’il est libre, il est à vendre..."

E.L