editorial du 1er au 8 mai

vendredi 1er mai 2015 par Radio-Grésivaudan

 

Éloge des syndicats

FMI et Attac même combat ?

Une étude du FMI (3 pages, en français) intitulée "Le pouvoir & le peuple" publiée en mars 2015 arrive à la conclusion suivante :
"Dans un pays, l’écart entre les salaires est inversement proportionnel au taux de syndicalisation"

Plus y’a de syndicats, plus c’est équitable.
Moins y’en à plus c’est le far west !

Les deux économistes du FMI, expliquent cela par le fait que l’absence des syndicats réduit l’influence des salariés sur les décisions des entreprises, l’affaiblissement des syndicats a permis d’ augmenter la part des revenus constitués par les rémunérations de la haute direction et des actionnaires.

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale les penseurs libéraux, ceux qui construisent le monde à Davos, au groupe Bilderberg ou autre commission trilatérale on fait ce constat depuis longtemps :
"Si nous voulons entretenir le moindre espoir d’un retour à une économie de liberté, la question de la restriction du pouvoir syndical est une des plus importantes"
Friedrich Hayek, 1947

Ronald Reagan contre les contrôleurs aérien en 1981, et Margaret Thatcher contre les mineurs de 1984 à 1985, ont mis ce programme a exécution et ont commencé leur mandat par des conflits sociaux très durs.
Plus proche de nous (?), Nicolas Sarkozy fait voter en 2007 une loi restreignant le droit de grève dans les services publics.
L’année suivante, il peut annoncer : "Désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit."

Il est curieux qu’aucun média (A l’exception du monde diplomatique, dont cet édito s’inspire) n’ai relayé cette information du FMI.
Car il donne clairement la voie pour rééquilibrer la le pouvoir d’achat en faveur des salariés.

Conclusion ?
Manifester le 1er mai !