editorial du 19 au 26 decembre

vendredi 19 décembre 2014 par Radio-Grésivaudan

Oooohhh la criiiiiise !

J’étais à peine né en 1973 (svp ne chipotez pas !) que l’on m’annonça que les arabes, à peine « indépendants » (sic-sorte de lol ironique) avaient décidé déjà de nous emmerder en renchérissant leur seule richesse, le pétrole et qu’il fallait pour cela se résigner à la fin des trente glorieuses. Il faut dire que ces irresponsables de gauchistes qui avaient déjà sauvé l’honneur de la France en résistant contre la barbarie nazie, puis en instituant des remparts sociaux contre la misère (donc contre le retour de la barbarie), imaginaient encore depuis 1968 une société plus libre, plus ouverte, plus créatrice, plus épanouissante sur le plan culturel, social, sociétal...tout en faisant pression à la hausse sur les salaires ! Dans un contexte où la forte croissance se traduisait par des besoins considérables en énergie, on inventa alors les centrales nucléaires, le chômage de masse, la mondialisation (facile on « possédait » déjà la moitié de l’Afrique) pour à la fois flatter le gaulois et rabattre un peu ses prétentions. Vous connaissez la parabole du coq, seul oiseau qui chante les pieds dans la merde.

Mais voici qu’aujourd’hui, on m’annonce que la chute vertigineuse du prix du pétrole serait une catastrophe économique en raison du fort risque de déflation que cela fait peser, sans parler de la perte de valeur boursière des compagnies pétrolières. Permettez moi ici de plaindre les actionnaires ; les gros qui toucheront quand même des dividendes, mais moins, et les petits à qui on va expliquer que leur portefeuille a perdu de sa valeur une fois prélevés les frais incompressibles et revendu leurs actions à moindre coût aux gros...qui se gaveront à nouveau lorsque la croissance revenue la demande repartira à la hausse.
A propos de croissance, on m’annonce ce matin la bonne nouvelle : elle sera de retour en 2015 ! Oui, mais non, ce sera une croissance sans emplois, faut pas déconner quand même : il reste encore à nous faire avaler la retraite à points et le recul de l’âge légal pour y prétendre, le travail du dimanche, la fin des 35 heures, la privatisation des transports publics, de la santé, de l’énergie, la réduction suppression du SMIC et l’expulsion des immigrés qui viennent profiter de NOS acquis sociaux. Oui, on nous les enlève c’est vrai, mais ces gens bronzés et sales sont bien contents de fouiller dans nos poubelles pour se nourrir et de dormir sous nos ponts où ils sont quand même bien mieux que dans leur pays !

Autre mauvaise nouvelle passée quasi inaperçue là où ça faisait la Une des journaux pendant des semaines il y a trois ans : la France a perdu son AA+ (oui, le AAA s’est envolé il y a longtemps). Pourtant si les prévisions de croissance sont bonnes, alors on devrait pouvoir rembourser notre dette non ? J’y comprends rien, il est vrai que je ne suis pas économiste ; les économistes, eux, savent. A en croire nos savants (c’est le nouveau mot pour courtier), la dette est mauvaise pour la confiance, donc pour l’économie et réduire la dette pèse sur les investissements de croissance, donc sur l’économie, donc c’est mauvais aussi. Je propose donc qu’on consolide la dette au niveau actuel, la France emprunte à moins de 1%, ça me paraît un taux acceptable au regard des 20,8 % que me prend Cofidis.
Parlons religion, peut être... A la veille de Noël, voici un sujet qui va faire consensus : tolérance et fraternité retrouvées autour de la crèche et d’un barbu en costume rouge... Aïe, oui, non, pardon, ça marche pas non plus..trop de religion provoque des crises,des conflits. Tandis que chiites et sunnites s’affrontent sur fond de guerre des drones, des réducteurs de tête s’acharnent à prouver qu’ils n’ont pas de cerveau et Israël choisit opportunément ce moment pour se définir par la voix de son prophète Benyamin comme « État Juif ». Mais on sait bien que pas assez de religion signifie aussi la perte des repères et des valeurs, la déliquescence morale de la société, bref la décadence !
Bon, allez, soyons zémouriens ou ne soyons pas ; replions nous sur notre territoire, de plus en plus petit et étriqué, réduisons nos régions de 24 à 13, nos communes de 56 000 à 5 000 communautés et parachevons la désertification des campagnes grâce au nouveau mot d’ordre des écologistes : densification. Je propose également, puisque le maire de Grenoble (merci) a voulu supprimer la pub HDTV de nos murs, d’autoriser les marques à nommer nos villes comme elles le font déjà de nos voiliers et de nos stades ; seul Laguiole et Camembert ne seront pas concernés par la mesure. Ainsi, dans ce pays de rêve nous pourrons emprunter le TGV Banque Populaire qui reliera Areva-Lyon à Bennetton-Turin en passant par le tunnel Cochonnou, un boyau de 56 km sous les Alpes (pardon les Nestlé-Alpes).
Dans tous les cas, les djihadistes l’ont bien compris et les autorités religieuses en général...en fait les « autorités en général » : s’assurer de la collaboration de la population à sa propre exploitation, son auto-censure et sa soumission passe d’abord par la peur (terrorisme), que celle-ci se nomme chômage, crédit (débit en fait), maladie, guerre, de manière à bien nous faire comprendre que toute dérive sera payée par un véritable enfer que je connaîtrai non pas dans un au-delà hypothétique, mais bien de mon vivant sur la Terre. C’est aussi une parfaite stratégie marketing, puisque la peur est la meilleure conseillère en consommation, nos angoisses trouvant un dérivatif dans les pilules roses et bleues du bonheur, les frigos américains pleins à craquer de graisses et de sucres industriels, et les S.U.V. aux moteurs 3.0 litres qui déplacent une tonne d’acier et de composants pour trimbaler ma frêle carcasse.
Autre stratégie : me perdre dans la forêt et faire en sorte que les cailloux que je pense semer pour retrouver mon chemin ne soient que des miettes de pain vite mangées par les oiseaux. De la même façon qu’au supermarché les produits changent de place afin de m’obliger à faire le tour des rayons, on me change tous les quatre matins le nom des administrations, leurs compétences, leurs territoires, les lois, le calcul des cotisations, des impôts, des taxes, de la retraite et tous les dispositifs qui vont avec. On ne sait jamais, il pourrait me venir à l’esprit de réclamer mes droits.

Si vous pensez que tout ceci est fortuit et non pensé, organisé et voulu, s’il vous plaît faites votre propre examen de conscience et commencez par votre pratique professionnelle, celle où vous couvrez cyniquement des horreurs, parce que c’est votre gagne pain. Je pense (ce n’est qu’un exemple) au salarié qui change l’étiquette d’un produit, quitte à empoisonner la population (à commencer par lui-même ou ses enfants) pour optimiser les profits de son entreprise dans l’espoir de garder son emploi, mais bien sûr au fonctionnaire qui ralentit la procédure de paiement comme s’il s’agissait de son propre argent, à l’assureur ou à l’agent immobilier qui arnaque son client, au banquier qui n’est « pas là pour faire du social », au sondeurs et aux journalistes qui font mine de croire qu’un sondé=un français, à l’infirmière à qui on a dit qu’il ne fallait surtout pas s’investir émotionnellement...
Si vous pensez que tout ceci est fortuit et non pensé, organisé et voulu, lisez aussi « La stratégie du choc », de Naomi Klein (un beau pavé..dans la mare) qui au-delà des ses brillantes enquêtes et analyses fournit un outil fantastique pour nettoyer nos lunettes et voir sous un autre angle, entre autres cette fameuse « crise » qui est depuis 40 ans l’épouvantail que l’on agite devant nos yeux pour nous soumettre aux exigences du marché, tandis qu’ils blanchissent des bénéfices toujours plus considérables dans des paradis fiscaux dont les plus discrets sont les plus proches, perchés sur un rocher, dominant le monde depuis la Une de Paris Match.
Pour citer celui qui se retourne dans sa tombe chaque fois que les Restaurants du Cœur servent un nouveau repas : « Le pire c’est qu’ils sont intelligents. Si c’était des cons, on dirait, bon c’est des cons, ils savent pas ce qu’ils font. Mais ils le savent. Ils le font exprès ! »

S.R.

P.S. Bonne nouvelle pour notre commerce extérieur : si il faut attendre quelques mois avant de livrer en douce le navire militaire le Mistral aux russes, le gouvernement indien a lui (presque) signé l’achat de 126 avions de chasse Rafale à Dassault ! Ça tombe bien, le prochain théâtre d’opérations, au vu des événements, sera sans doute le Pakistan ! (Cocorico).

Banzaï !...et faites bien la fête en attendant que le Champagne soit produit en Irlande pour cause de réchauffement climatique.