editorial du 18 au 25 juin

vendredi 18 juin 2010 par Radio-Grésivaudan

18 juin 2010. Il y a donc 70 ans, le général De Gaulle parlé à la radio, et il est aujourd’hui difficile de ne pas être au courant. La voix du général,pour cette date anniversaire, nous l’entendons partout, à la radio, à la télé, sur internet... la voix de l’appel, de ce fameux 18 juin ! Malheureusement, aucun enregistrement n’a eu lieu ce jour-là, il n’existe aucune trace sonore. Les documentaires lui substituent souvent l’appel du 22 juin (dont l’enregistrement, lui, nous est parvenu) mais sans toujours préciser qu’il ne s’agit pas de celui du 18. Si la teneur des deux textes est assez proche, le général de Gaulle présente un argumentaire plus solide, le jour même de l’armistice franco-allemand.


L’appel, peu entendu par les Français nombreux sur les routes de l’exode. Il a était plus lu, même si sa présence dans la presse est loin de faire les unes de l’époque. Nous en trouvons trace dans Marseille-Matin" et "Le Petit Marseillais" à la troisième page ; "Le Petit Provençal" le reproduit intégralement sur deux colonnes en première page !… Le quotidien lyonnais "Le Progrès" publié dans la nuit du 18 au 19 juin 1940, soit seulement quelques heures avant l’entrée des troupes allemandes à Lyon, en deuxième page un résumé de cet appel. Traduit par Miss Elisabeth Barker, il est reproduit par les journaux anglais, diffusé par les agences, qui le répercutent sur l’Amérique du Sud et sur le Moyen Orient. 
Autre confusion sur le texte de l’appel du 18 juin, il est souvent confondu avec le texte de l’affiche « À tous les Français », qui fut placardée sur les murs du Royaume-Uni, début août 1940. Confusion, transformation, amélioration, beaucoup de choses sont intervenues sur ce texte du 18 juin, mais rien ne peut enlever à cet appel sa symbolique, sa force d’impulsion, ses mots d’espoirs, prononcés par Charles de Gaulle, peu entendus sur le moment, mais qui commencent leur chemin, lentement, mais surement pour débuter le renversement de l’idéologie.
Cette force symbolique a même généré d’autres appels, dont les deux plus connus sont ceux :


- du « mouvement du 22 mars » de Daniel Cohn-Bendit diffuse une parodie de l’appel du 18 juin 1940 en 1968
"

- L’Appel du 18 joint" paru dans liberation le 18 juin 1976, signé par de nombreuses personnalités du monde du spectacle, des intellectuels ou des médecins, qui est un manifeste appelant à la légalisation du cannabis en France.


Aujourd’hui, un nouvel appel est lancé, construit sur cette symbolique du 18 juin mais appuyer sur l’affiche d’aout 1940 "appel à tous les Français " par le collectif Isèrois "urgence retraites justices sociales". Une nouvelle graine d’espoir ? Seul l’avenir nous le dira.

E.L