editorial du 17 au 25 juin

vendredi 17 juin 2011 par Radio-Grésivaudan

Même en vieillissant un peu, le temps où la bande FM ne comptait que sept radios me paraît appartenir à une autre époque, que je n’ai pas connue. Et pourtant si, j’existais déjà en 1981 mais je n’écoutais pas encore la radio ! Lisant le récit de l’épisode symbolique du 28 juin 1979, durant lequel François Mitterrand dénonce sur Radio Riposte (radio pirate) la situation scandaleuse de l’information et sa confiscation giscardienne, et apprenant que son message est brouillé par les forces de l’ordre qui, vers 20 heures, donnent l’assaut au studio à Paris, je me rends compte du chemin parcouru depuis 30 ans. Et j’imagine aussi la folie que dû être la soirée du 10 mai 1981, soir de l’élection présidentielle, lorsque à l’annonce de l’élection du « pirate radio » cité ci-dessus, dès la nuit venue, des centaines de radios se mettent à émettre dans toute la France. Une semaine plus tard, la légende dit qu’elles furent plus de trois mille à résonner dans les postes partout en France ! Je ne peux m’empêcher de me demander, si la libéralisation des ondes arrivait aujourd’hui, y aurait-il le même enthousiasme ? Ou sommes nous tellement saturés de communication et d’informations que nous bouderions cet espace de liberté ?

Personne n’a la réponse mais ce qui est sur, c’est que cette effervescence fut de relative courte durée. Succéda à ce « beau bordel » une mise en ordre progressive : 1982, la fin du monopole, 1984, la possibilité de choisir entre statut commercial et associatif, 1986, l’autorisation de constituer des réseaux. Pas à pas, un nouveau paysage radiophonique s’est dessiné et s’est délité un peu aussi. Les radios associatives sont aujourd’hui celles qui sont restées les plus proches des idéaux de 1981. Pendant trente ans, elles se sont battues pour garantir leur avenir. Et aujourd’hui une belle poignée d’entre elles fêtent leur arrivée à ce bel âge de maturité : la trentaine. Avec un rayon de diffusion de 30 à 80 kilomètres, elles forment un maillage territorial unique, avec une répartition équitable sur l’ensemble de l’Hexagone. Animées par des salariés et des bénévoles, elles sont les seules à travailler autant sur la proximité et la diversité. Les communes et les associations comptent sur elles pour passer des messages et assurer la paix sociale. Discrètes, sans pub, sans tubes, les radios associatives s’investissent sur le fond, près des gens, avec leurs moyens modestes et leur identité propre.

Cette année Radio Grésivaudan fait partie des belles trentenaires et pour célébrer l’évènement à la mesure de ce qu’il représente, l’association propose trente rendez vous répartis tout au long de l’année… avec deux temps forts, 30 heures de direct le 25 juin prochain et des assises des radios associatives le samedi 3 septembre.

Tout le programme est disponible sur le site de Radio Grésivaudan, alors n’hésitez pas à nous rejoindre pour fêter cet anniversaire qui est aussi le votre !

AL.M