editorial du 15 au 22 mars

vendredi 15 mars 2013 par Radio-Grésivaudan

Je n’y connais strictement rien en religion. Mais alors, vraiment que dalle ! J’ai même été élevée dans une certaine méfiance des curés et des sœurs, sur lesquels j’ai entendu beaucoup plus de mal que de bien. Assez logiquement, je ne crois pas en Dieu. Mais parfois, je me dis quand même, j’ai d’énooormes lacunes en culture catholique et, il faut bien l’avouer, bah ça fait bel et bien partie de notre culture française, qu’on le veuille ou non.
Déjà toute petite, à l’école, j’en souffrais un peu. Je me sentais disons... différente. « Quoi ? T’es pas baptisée ? » « Quoi ? Tes parents sont pas mariés ?! Nom de Di%#, mais comment ils ont fait pour t’avoir ?!! ». Oui, j’ai entendu des choses comme ça en classe de CP, CE1, CE2, CM1, CM2, et puis probablement avant et après. Et non, je ne savais pas bien quoi répondre. J’étais même (en cachette) parfois un peu envieuse de ceux qui allaient au catéchisme. L’éducation religieuse ne m’intéressait pas, non, c’était plutôt le fait de se retrouver tous ensemble en dehors de l’école, une occasion supplémentaire de faire des bêtises, dire des bêtises, écouter des bêtises... Et oui, il est temps de le dévoiler, mes petits camarades qui ont suivi assidûment, pendant de longues années, les heures de catéchisme, les gueules d’anges qui ont fait leur première communion et leur profession de foi ne m’ont jamais parlé de Jésus, Marie ou je-ne-sais-qui, ils me racontaient plutôt, comme je le disais plus haut, toutes les niaiseries qu’il y avait autour...
Maintenant que je suis en âge de comprendre ce qui a poussé mes parents à m’éloigner de la morale chrétienne, je suis plutôt fière de leurs choix et de l’éducation laïque (quoiqu’un peu borderline anticléricale) qu’ils m’ont offert. C’est décidé, je n’arroserai pas mes enfants d’eau bénite ni ne leur ferai absorber de petits bonbons offerts par le curé. Ils n’auront pas non plus l’honneur de porter une jolie robe le temps d’une journée ni de recevoir tous les jolis cadeaux que la famille leur aura apporté...
Alors oui, c’est vrai, je suis un peu à la traîne niveau culture catholique, et tout ce que je sais du nouveau pape, c’est qu’il s’appelle François (1er quand il y aura le numéro 2) et qu’il est argentin. C’est bien, l’Eglise européenne s’ouvre sur le monde, 266 papes plus tard ! Le début d’une Renaissance ! Non, franchement, vaut mieux laisser aux médias-non-incultes-en-religion le soin de causer de Jorge Mario Bergoglio et de nous dire si oui ou non, il est pour le port de la capote, il reconnaît l’homosexualité (oups, ah non, c’est vrai, il la qualifiait en 2010 de "démon infiltré dans les âmes" !) et ne blâme pas la masturbation... Alors, modéré (mais pas trop) et réformiste (mais pas trop), on dirait que le représentant de l’Eglise catholique est bien loin de nous faire vivre une renaissance...

E.P