Stornoway "Beachcomber’s Windowsill"

Folk

lundi 31 mai 2010 par prog

Stornoway sont jeunes certes, mais ils ne sont pas nés de la dernière pluie, de la dernière mode ou du dernier mouvement « hype » de l’Angleterre. Malgré tout, ce groupe est bien la grosse sensation folk de ce printemps. Découverte !

Un peu comme l’amour qui a besoin d’étendre son emprise, cet album appelle l’espace et laisse planer les fantômes de l’adolescence. Écouter Beachcomber’s Windowsill, c’est se perdre la tête en l’air dans un ciel à la fois juvénile et apaisant. Attendez-vous donc dans les prochains jours à observer les oiseaux, à vous balader sur les dunes et à explorer les régions montagneuses. Que ce soit sur Zorbing ou The Coldharbour Road, Stornoway explore les horizons mêlant les ambiances et les atmosphères. Chaque écoute renforce le sentiment de mélancolie et de nostalgie de ces quatre compères. Une manière, certainement la meilleure, de ne jamais tourner en rond. Élevé dans la région d’Oxford et biberonné à la musique traditionnelle, Stornoway mélange son nomadisme à son fantasme écologique et visite, sans s’installer, les ballades pop, l’acoustique et le folk, le tout baigné dans la chaleur colossale du soleil. En faisant le tour de l’album, nous partons vers un monde où l’âge n’est plus, où la gloire s’accorde avec leurs chansons où l’espace imaginaire conçu par ses artistes fascinés ne connait ni pollution, ni mer mazoutée. On y visite enfin des villes vierges de toute urbanisation, l’album faisant alors figure de décor purement naturel. Bref, une découverte perpétuelle d’horizons élargis pour aller toujours plus loin et toujours plus haut. Souvent comparé à Belle & Sebastian, James (surtout les premiers) et Fleet Foxes, Stornoway peut se vanter néanmoins d’avoir sa propre carte de visite, sa propre identité. Une identité que le groupe s’est façonnée grâce à un joli répertoire d’hymnes villageois transportés par l’élégance et soudés par l’harmonie. Propices à la rêverie, certaines compositions comme We Are The Battery Human (et ses sonorités celtiques) et On The Rocks suggèrent à nos oreilles un voyage à la fois tranquille et jouissant : celui qui peut se retenir de rêver sur Beachcomber’s Windowsill n’a pas d’imagination.

Stornoway n’est pas en avance sur son époque, mais aujourd’hui, c’est une bouffée d’air frais pour l’Angleterre, et demain, pour le reste du monde.