Reverse Engineering "highly complex machinery"

Electro Trip-hop

jeudi 17 décembre 2009 par prog

Ambiances sombres, samples inquiétants et scratches décapants : le trio laborantin revient avec un son oppressant entre abstract hip-hop et electro futuriste ! Duck & Cover, le premier opus de Reverse Engineering crée une immense surprise en 2006 tant chez les adeptes d’abstract hip hop que chez les fans d’electro aux accents lourds et industriels.

Depuis, le trio helvète a sorti un maxi vinyle explosif, qui s’est écoulé à une vitesse déconcertante, et a parcouru les scènes d’Europe, immergeant son public dans leur univers si personnel fait d’un savant mélange de sci-fi old school, de scratches, de human beat box, soutenu par des séquences hypnotiques et lancinantes qui fût d’emblée leur marque de fabrique. High Complex Machinery leur second album s’inscrit dans une suite logique. Fouillant sans relâche dans une matière inspiratrice aussi vaste qu’éclectique (électronique expérimentale, hip hop old school, bandes-son de vieux films...), RE continue de surprendre en extirpant ça et là les échantillons et les mécanismes qui servent de base à leur musique. On y trouve des rythmiques martiales et entêtantes laissant néanmoins place à de superbes mélodies soutenues par des voix féminines évanescentes. RE s’est également adjoint les services d’invités prestigieux tels que M. Sayyid (Antipop Consortium / Airborn Audio) qui dynamite littéralement trois tracks et les transforme en véritables tubes retro-futuristes. On retrouve également leur fidèle MC, Blu Rum 13, dont le flow langoureux apporte un peu d’humanité à cet album lunaire. Enfin la jeune et percutante MC croate lal lya fait preuve d’un charisme déroutant, collant à merveille son flow nerveux sur les beats métalliques et puissants de RE. Ces 12 titres combinent une fois encore avec panache leur grande singularité au sein du hip hop mondial !