Pas d’âge pour le fichage

samedi 14 juin 2008 par Radio-Grésivaudan

En 2004, le Ministère de l’éducation nationale a déclaré à la CNIL la mise en œuvre d’une application informatique à caractère personnel, dénommée "Base élèves 1er degré".
Ce système concerne tous les élèves des écoles maternelles et élémentaires, privées et publiques, y compris ceux recevant une instruction dispensée en dehors de l’école.
Il a pour finalité la gestion administrative des élèves (inscription, admission, non fréquentation, répartition dans les classes, suivi des effectifs, suivi de la scolarité), le pilotage pédagogique, le suivi des parcours scolaires de la maternelle à l’entrée en 6ème et l’élaboration de statistiques académiques et nationales.
L’inscription scolaire étant obligatoire pour les enfants jusqu’à 16 ans, les parents ne peuvent s’opposer à ce dispositif concernant leur enfant.

La mise en œuvre de la "Base élèves 1er degré" associe plusieurs acteurs, à savoir les directeurs d’écoles, les inspecteurs de l’éducation nationale, les inspecteurs d’académie et les maires, ces derniers étant chargés du contrôle de l’obligation scolaire et de la gestion des inscriptions. Ce fichier nominatif destiné aux élèves de la maternelle à la primaire (3 à 10 ans !), premièr maillon du fichage républicain, est déployé avec zèle par les services de l’éducation nationale malgré le risque évident de fuites et d’utilisation abusive notamment par les services de police ou d’immigration.
Nous sommes face à la suite logique de l’informatisation de la vie sociale, c’est l’informatisation de la vie scolaire.
Après la biométrie à la cantine et le code-barre pour faire l’appel, passons aux choses sérieuses : "Base élèves", déjà expérimenté depuis 2006 dans 21 départements , a été généralisé dès la rentrée de 2007 et sera étendu à l’ensemble du territoire en septembre 2009.

La loi de “prévention de la délinquance” de mars 2007 va rendre ce fichier BASE ELEVE encore plus insidieux, réduisant Les écoles primaires a participé à la prévention de la délinquance” ».
Les enseignants deviennent donc, qu’ils le veuillent ou non, des acteurs de la pénalisation de la délinquance.
Ce samedi 14 JUIN dés 14 heures vous pourrez manifester votre soutien pour le retrait de ce fichier Base élève et la protection des libertés individuelles . Rendez-vous à Grenoble place Félix Poulat pour soutenir l’éducation contre la répression.

Avec
Des manifestant du Collectif Unitaire Anti-Délation ( CUAD).
Fleur et Audrey et David, membres du CIRBE, le Collectif Isèrois pour le Retrait de Base Eleve.
Gabrielle Beyler est membre du SNUIPP, syndicat majoritaire du primaire.
Laurence et Ludovic parents d’élèves.
Jacques Aubry, Inspecteur de l’Académie de l’Isère.
Frédéric Gruffaz, parent délégué.
Coutaz, avocat membre du syndicat des avocats de France.


Base_élève