le cauchemar d’hippocrate

lundi 26 juin 2006 par Radio-Grésivaudan

le cauchemar d’hippocrate, Journal de bord d’un cardiologue humaniste

chez Yves Michel éditions de jean Pellet
l’histoire  : La révolution technologique tend à transformer le médecin en technicien de santé. De plus, la pression économique voudrait lui faire jouer le rôle d’agent régulateur des dépenses. Le médecin du XXIe siècle est donc dans un grand embarras, tiraillé entre sa formation humaniste, sa volonté de guérir les autres, et les exigences d’une société bureaucratique qui veut évaluer ses pratiques à l’aune des agences comptables et des dernières avancées des technosciences. Pour l’auteur, soigner c’est avant tout accepter le risque de la relation avec une personne qui demande assistance, ou exprime une souffrance, même si cette demande a pris des formes nouvelles. Ce livre est le cri d’alarme d’un médecin inquiet, soucieux de comprendre le changement et de l’humaniser. Ni la perspective des technosciences, ni celle des caisses d’assurance maladie ne peuvent prévaloir sur la perspective soignante. L’auteur nous livre son journal de bord, parfois amer et polémique, faisant montre d’un humour provocateur, pour faire entendre une parole qui ne soit pas la langue de bois habituelle en ce débat. De nombreux thèmes de réflexion y sont abordés : maîtrise des dépenses de santé, rôle de l’expert, impossible dialogue médecin/administratifs, malaise dans le social, dépression, tiers-payant, jurisprudence en matière de santé, formation médicale continue, vieillissement...

l’auteur Jean Pellet est cardiologue à Grenoble ; interne et assistant-chef de clinique des hôpitaux de Grenoble, médecin à la Clinique Mutualiste de Grenoble de 1981 à 1989, puis installé en médecine libérale depuis 1989. Il participe à un travail de réflexion entre médecins et psychanalystes.

coup de coeur  : Bien que pamphlétaire, ce livre appelle avant tout au dialogue et au débat : un bain d’humanité et de sagesse qui fait un bien immense !
Si le texte est pamphlétaire, parfois polémique, le ton est à l’humour, le style est alerte et provocateur, la langue riche de passerelles entre de nombreuses disciplines, notamment la psychanalyse. L’analyse est fouillée, détaillée et surtout passionnante car l’auteur s’est laissé guider par l’amour des mots et des hommes ce qui donne à ce livre une tonalité incroyablement optimiste. Optimiste car malgré son cri d’alarme, le Docteur Pellet a le mérite de placer chacun devant ses responsabilités : l’état, les professionnels de la santé, les médecins mais aussi, nous, les patients.
A lire absolument pour stopper les dérives des technosciences et restaurer une véritable relation humaine entre le médecin et le malade !