ORKA "Livandi Oya "

Inclassable

jeudi 15 janvier 2009 par prog

ORKA est l’un des groupes les plus originaux et pionnier des Féroé. Leur musique est brute, mystique, énigmatique, sale, étrange, folle et drôlement étincelante. Leur bric-à-brac d’instruments qu’ils fabriquent eux-mêmes est incroyable. Tout comme leurs concerts live sont étranges. Dans leur pays, ils vont de ferme en ferme et jouent sur toutes sortes de matériaux qu’ils trouvent autour d’eux.

Découvrir ORKA, c’est, d’emblée, se laisser embarquer dans une sorte d’aventure sonore.

Le premier album du groupe, Livandi Oya’ a été enregistré dans une ferme, chez l’oncle d’un des musiciens. Tous les instruments ont été conçus, construits et réalisés là-bas, par Jens Thomsen, fondateur du groupe, à partir de matériaux de récupération et d’outils utilisés dans la ferme. Après avoir fini de construire les instruments, Jens a commencé à composer et enregistrer avec ses quatre copains, membres du groupe : Jógvan Andreas á Brúnni, Magni Højgaard, Bogi á Lakjuni, and Kári Sverisson. Cinq jours après, ils ont terminé les séances d’enregistrement par un concert pour les amis, dans la pièce principale de la ferme, à l’occasion du nouvel an. Public trié sur le volet, comme le montrent les mages du dvd (une trentaine de personnes…).

Le résultat est vraiment unique, et donne l’occasion unique de découvrir la bouillonnante scène musicale et artistique des Iles Féroé. Ces îles restent l’un des derniers paradis sur terre. Dans l’Océan Atlantique, entre la Norvège et l’Islande, une communauté musicale et artistique très active se développe dans le calme et le silence, imprégnée par la rudesse et la beauté du pays.

Le groupe ORKA propose comme une synthèse entre ces sons si surprenants pour nos oreilles formatées aux productions commerciales et une maîtrise du groove et de la composition, qui en fait une musique accessible pour n’importe quel auditoire. Jens Thomsen, de par sa formation d’ingénieur du son (il vient de travailler comme ingénieur du son sur le dernier album de Travis) maîtrise parfaitement la façon de faire sonner chaque instrument, conçu à base de matériaux parfois très dur à sonoriser. Une sorte de fraîcheur, de nouveauté se dégage de l’ensemble des morceaux et du son live, qui propulse l’auditeur dans une sorte d’euphorie visuelle et sonore.

Yann Tiersen ne s’y est pas trompé puisqu’il a immédiatement adhéré à la proposition de Jean Louis Brossard, directeur artistique des Transmusicales, d’imaginer une création avec le groupe, lors d’une résidence à l’Aire Libre. L’univers du musicien et compositeur breton devrait se marier assez aisément avec la particularité du son d’ORKA.