Merzin "Plus vers l’ouest"

Rock Français

vendredi 9 avril 2010 par prog

Un album de Merzhin c’est toujours comme un nouveau départ, ou plutôt un nouveau voyage, et leur quatrième album studio nous enivre plus que jamais de nouvelles sonorités en nous entraînant plus loin vers l’ouest.

Après ses deux premiers albums au rock celtique, et ”Pieds nus sur la braise” en 2006, qui délaissait les sonorités celtiques ayant fait la renommée du groupe, Merzhin nous revient aujourd’hui avec des influences plus folk et une intensité rare. Réalisé en collaboration avec le réalisateur, Matthieu Ballet qui a collaboré avec Thomas Fersen, Miossec et Alain Bashung, Merzhin nous offre un rock fait de sonorités mais aussi de mots, et d’émotions, loin de tout formatage.

L’album nous met d’ailleurs rapidement dans l’ambiance avec ”L’étincelle”. Un titre presque annonciateur de la chaleur de l’album partagé entre des ballades énergiques et des morceaux rock, percutants, à l’image de ”Train de nuit” qui nous berce avec une ballade mélancolique, et ”Sweet guerilla” qui nous livre un titre énergique et rageur, de même que ”Cobaye” à la mélodie entêtante.

Si le côté celtique est abandonné, Merzhin n’en délaisse pas pour autant les instruments traditionnels, comme le saxophone et la clarinette que l’on entend ici et là, mais aussi la flûte sur ”Amarillo Slim” et l’harmonica sur ”Le pacte du diable”, un morceau entre blues, folk et country.

Merzhin prouve donc à nouveau avec ”Plus loin vers l’ouest” sa formidable capacité de renouvellement, tout en dégageant une personnalité qui reste intacte et qui s’affiche sur scène, avec un certain charisme. En effet, si le groupe se renouvelle, il reste pourtant reconnaissable à la première écoute.

A signaler aussi, la production de l’album, réalisé par le groupe lui même, qui donne à cet album, un côté plus artisanal.