Malika Sekkal contre Stmicroelectronic.

vendredi 18 janvier 2008 par Radio-Grésivaudan

Malika Sekkal contre Stmicroelectronic.

Malika, embauchée en 2004 par la société Stmicroelectronic à Crolles, est aujourd’hui atteinte de fibromyalgie.
Elle impute cette maladie à un vaccin mal administré et à des conditions de travail qui ont favorisées le déclenchement de cette maladie. Cette jeune femme qui va avoir 39 ans dans quelques jours a vu son état de santé se dégrader en l’espace de son contrat en tant qu’opératrice de salle blanche.
Malika souffre depuis son enfance d’asthme dû aux allergies et à l’effort, elle est pour cela classée travailleur handicapé par la COTOREP.
Cette situation signalée lors de son embauche à Stmicroelectronic n’a fait l’objet d’aucune attention de la part de la société puisqu’en 2004 elle n’avait besoin d’aucun traitement.
Elle a donc fait un travail pénible avec le même statut qu’un employé valide. Malika, malgré un handicap de catégorie B (50% d’invalidité), devient même le moteur au sein de son équipe, comme le souligneront ses supérieurs hiérarchiques.
L’agmentation des cadences de production, l’ambiance des salles blanches viendront à bout de sa santé l’obligeant à prendre un traitement lourd pour lutter contre ses crises d’asthme.
Le vaccin volontaire contre la grippe qui lui fût administré en octobre 2005, alors qu’elle était sous traitement et complètement épuisée par son travail aura raison de sa santé.
Aujourd’hui Malika attaque Stmicroelectronic auprès des Prud’hommes pour manquement à sa responsabilité concernant la santé de ses employés.

Avec :
Malika Sekkal, employée de Stmicroelectronic.
Yvan Brodier, délégué CGT à Stmicroelectronic.
Didier Dedeurwaerder, chargé de communication de Stmicroelectronic.
Lyndia Coissac, employée de Stmicroelectronic.


procesMalika