Guy Dalban

lundi 21 mai 2012 par Radio-Grésivaudan

Guy Dalban est né en 1948, retraité, conseillé municipal, président de l’association le Tarinoscope. Natif de Theys, fils de commerçants à Theys, attaché à mon village même si pendant 10 ans a vécu (à la
ville) à Echirolles pour des raisons professionnelles. J’aime mon village parce que tout le monde se connait. Les Tarins sont chauvins. (image) L’étranger, c’est l’habitant de la plaine qui vient courtiser nos filles ou celui de la ville qui cherche une résidence secondaire. (caricatures traditionnelles des nuisances : le coq ou les cloches de l’église, les vaches et leurs sonnailles l’odeur du fumier, le paysan qui travaille trop tôt avec son tracteur…) En réalité depuis les années 80, Theys est passé de 1200 à 2000 habitants. Les nouveaux venus se sont très bien intégrés grâce à une vie associative riche et diversifiée. Ils sont devenus Tarins et chauvin comme il ce doit à Theys. La Vie associative : 30 associations accueillent des adhérents de tout âge dans les domaines les plus variés, sport, culture, animation, professionnel…
Le Tarinoscope pourquoi ?
Lorsque je suis revenu à Theys j’ai découvert toutes la richesse de la vie à la campagne, la chaleur et le dynamisme des habitants et particulièrement les activités offertes aux enfants par les associations. J’ai constitué un groupe d’amis pour créer un journal de village « LE TARIN » . Les articles sont souvent écrits par des habitants qui veulent parler de tel ou tel sujet.Le financement était assuré par un bandeau d’annonceurs en bas de page. Le journal était distribué par nos soins dans toutes les boites à le5re et envoyé par courrier à ceux qui nous en faisait la demande (une trentaine).
Nous avions lancé l’idée et créer un écomusée regroupant des outils particulièrement agricoles que nous avions commencé à collecter. Les granges sont pleines de « vieilleries qui ne servent plus » .
Lors d’un violent orage qui avait occasionné beaucoup de dégâts, l’atelier d’un taillandier « Mr Bouclier » a été emporté par un ruisseau. Nous avons récupéré bon nombre d’outils et une turbine électrique que M Bouclier avait acheté en Suisse pour avoir de l’éclairage. Il n’y avait pas d’électricité public à ce5e époque. Cet atelier me tenait à coeur parce que lorsque j’étais dans un lycée technique j’avais fait un reportage sur M Bouclier et son métier de taillandier qui m’avait impressionné et intéressé mes collègues et mon prof de technologie. Après cet orage qui a dévaster des maisons, des routes, des granges et englouti un troupeau de mouton, une solidarité exceptionnelle s’est mise en oeuvre, j’ai vu des voisins fâchés depuis 3 généra+ons dégager la terre dans la maison de l’un d’eux, ce5e solidarité a rappelé aux plus anciens le même type d’orage qui en 1902 à dévasté Goncelin faisant 2 morts.
Les Tarins avaient collecté de la nourriture qu’ils ont descendu avec des chars aux habitants de Goncelin. Voilà quelques histoires qu’il ne faut laisser dans l’oubli.
 La nostalgie de notre journal « le Tarin », l’intérêt pour la photo et les nouvelles technologies m’ont permis de commencer chez mes proches et voisins à copier les photos de famille et les cartes postales.
A l’occasion des classes en 8 que je présidais j’ai filmé le doyen de l’époque « 100 ans ». Ses proches doutaient qu’il se souvienne de beaucoup de choses, j’ai une heure de vidéo où il chante et me parle de gens qui nous entouraient avec des précisions et anecdotes surprenantes. Sur les photos anciennes que j’ai collecté peu de personnes se souviennent des noms de chaque personnage. Avec un groupe d’amis nous avons relancer l’associa+on du Tarin que nous avions mis en veille et commencé
à présenter sous la forme de projection ces photos. Nous avons actuellement 3600 photos.
voilà quelques éléments pour donner envie d’écouter Guy Dalban


ecouter l’invité