Editorial du 4 au 11 decembre

vendredi 4 décembre 2015 par Radio-Grésivaudan

Des milliers de chaussures inhabitées sur une place désaffectée.
Quand les mesures anti-terroristes servent à faire taire les consciences habitées par des valeurs telles que le respect de la nature et des êtres vivants, ça fait mal, très mal.
Ces veilleurs du vivant sont muselés et suspects, les gouvernements décident de notre sort en paix, eux. François Hollande peut surjouer le sanglot, l’abattement mais aussi la honte...
Les accusations ? Cultiver des légumes biologiques, se déplacer en vélo, militer : tant de menaces pour l’industrie céréalière, le brevetage du vivant, les industries agro-alimentaire, pétrochimique et automobile... Alors où se situe le terrorisme et pour qui au juste ?
C’est la politique du management de la terreur :
http://www.readyworkforce.com.au/workforce/la-politique-du-management-de-la-terreur/
Management assuré par toutes les chaînes de télévision, soutenant le discours dominant sur cette guerre tacite contre tout courant de pensée s’opposant au libéralisme et à la loi du marché...
J’ai pas signé la charte de laïcité en début d’année à l’école, cela va t-il m’être reproché ? J’ai enlevé la carte wi-fi de ma free box, cela va t-il m’être reproché ?
Je lis des livres qui remettent en cause l’essor de la technocratie, l’avènement des bio-technologies, va t-on m’enfermer ?
J’ai un compost dans mon jardin, je récolte mes propres graines, je fabrique mon liquide vaisselle : vais-je être soupçonnée menacer l’ordre public ?
Toute guerre est sale, toute guerre est triste, toute guerre a son lot d’injustices et de pertes. Et à toute guerre ses résistants et résistantes.
Il faudrait dire d’une même voix à nos dirigeants : « vus ! (Ne nous la faites pas à l’envers...) »

E.G


Soutenir par un don