De la dignité humaine : le droit au logement. Récit d’un mois de mobilisation suite à la fin du dispositif Grand Froid et la fermeture des centres d’hébergement d’urgence hivernal

lundi 5 mai 2014 par Radio-Grésivaudan

Le dispositif Grand froid qui offre pendant la période hivernal un hébergement d’urgence aux personnes sans abris, a prit fin le 31 mars. Sur Grenoble et son agglomération c’est entre 1000 et 2000 personnes (des familles, des isolés/es précaires, français, étrangers) qui se retrouvent sans solution de logement et donc condamnées à la rue.
La question de l’hébergement est vaste et complexe. Les institutions en charge de ce sujet sont nombreuses et se renvois souvent la responsabilité du sort des personnes mal logées ou à la rue.
Les situations des personnes mises à la rue sont variées, certaines sont sans papiers, d’autres sont des ressortissant européens mal reconnues, certains ont la nationalité française.
Nous vous proposons de suivre un mois de mobilisation avec des personnes hébergées ou remises à la rue et les militant-e-s d’organisation diverses. Ce dossier a pour but de rendre compte de la complexité de la situation et de donner la paroles à celles et ceux qui se sont mobilisé-e-s pour faire respecter le droit au logement et à la dignité humaine.

Avec :

Le collectif La Patate Chaude,
AC ! Agir contre le chômage,
Association de parrainage républicain des demandeurs d’asile et de protection (APARDAP),
Centre d’information inter-peuples (CIIP),
Comité de soutien aux réfugiés algériens (CSRA),
Ligue des droits de l’Homme (LDH),
Réseau université sans frontière (RUSF),
Pour une alternative syndicale (PAS),
Solidaires, Syndicat multiprofessionnel des travailleurs sans papiers CGT,
Europe écologie les Verts (EELV),
Les Alternatifs,
Fédération de l’Isère du Parti communiste français (PCF),
Nouveau parti anticapitaliste (NPA),
le collectif ALERTE,
Parti communiste des ouvriers de France (PCOF),
Parti de Gauche (PG),
Ras l’Front,
RESF (Réseau Éducation Sans Frontière) ou la CNL (Confédération Nationale du Logement),
des personnes expulsées (Nadia, Gloria),
les manifestants du 25 avril 2014 de la marche de la colère.

Avertissement :
La pluspart des personnes que vous allez entendre ont préféré garder l’anonymat, ils sont donc présentées donc avec des prénoms d’empreint.

IMG/mp3/dossier_lvl_2014_05_03_expulsion.mp3
télécharger

Article 226-4-2 du Code Pénal :
"Le fait de forcer un tiers à quitter le lieu qu’il habite sans avoir obtenu le concours de l’État dans les conditions prévues à l’article L. 153-1 du code des procédures civiles d’exécution, à l’aide de manœuvres, menaces, voies de fait ou contraintes, est puni de trois ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende."


forum

  • Reportage très vivant qui donne la parole aux acteurs et aux personnes précaires
    16 mai 2014, par Yannick

    Merci pour ce très beau reportage, qui me fait mieux comprendre les difficultés rencontrées par immigrés sans papiers à Grenoble (et ailleurs), et le travail essentiel que font les associations et les personnes comme ma soeur qui en font partie.

  • De la dignité humaine : le droit au logement. Récit d’un mois de mobilisation suite à la fin du dispositif Grand Froid et la fermeture des centres d’hébergement d’urgence hivernal
    11 mai 2014, par vial.jeanfelix

    excellent article audio ! la mobilisation continue et demain lundi 12/05 rencontre à nouveau à la présidence de la Metro pour faire suite aux revendications et engagagements en cours. il faudrait tous les jours donner les derniéres infos à radio grési car ça va surement s’accelerer et le printemps sera chaud avant que ne vienne l’été... jfv (port : 0614525428)

Soutenir par un don