Ça décode chez ST !

dimanche 7 février 2016 par manon

Le groupe STMicroelectronics a annoncé sortir progressivement des décodeurs et box internet en arrêtant tout développement de nouveaux circuits pour ce marché. Cette annonce concerne 1400 emplois dans le monde et près de 430 emplois en France. Fortement implantée à Grenoble, cette entreprise, dont l’Etat français est actionnaire à hauteur de 13,5%, est un moteur de l’économie locale. Plus de 6000 emplois sont directement liés à STMicroelectronics sur notre territoire.

Ce plan de suppression d’emploi est le symptôme de l’absence d’une réelle stratégie industrielle de la part de l’entreprise ces dernières années. Avec un niveau d’investissement très insuffisant, trois fois inférieur en moyenne aux autres grandes entreprises du secteur, les salariés payent les résultats d’une stratégie financière de court terme au détriment d’un réel développement de l’activité, dans le cadre de la transition énergétique, au service des intérêts de STMicroelectronics et de ses salariés.

Les syndicats de STMicroelectronics ne sont pas convaincus par la réorganisation présentée par le PDG Carlo Bozotti. Ils dénoncent l’absence de stratégie globale et réclament des comptes à l’Etat actionnaire. Les élus dénoncent le niveau d’investissement très insuffisant, à hauteur de 7 % du chiffre d’affaires global contre 20 % pour les leaders du secteur.

Avec :

Annie David, Sénatrice de l’Isère et membre du groupe Communiste Républicain, Citoyen (CRC)
Pierre Mériaux, Conseiller municipal délégué Tourisme et Montagne à la ville de Grenoble
Marc Nauroy, ingénieur et délégué CGT à STMicroelectronics Grenoble

IMG/mp3/lvl_dossier_2016_02_06_st.mp3
télécharger