BeO

Evasion à l’état pur

vendredi 29 mars 2013 par prog

Voici notre nouveau chouchou grenoblois.

Ce premier album "ALL ONE" est le fruit d’un projet collectif mélangeant électro, dub et hip hop. Mais cette musique est bien plus que ça : elle est inspirée par de nombreuses influences, en témoigne les nombreux featurings qui forment malgré cette diversité, une belle unité. BeO c’est une rencontre artistique expérimentale à la croisée du son et de l’image, se voulant onirique et évasif. Des instruments comme l’oud, la trompette, le violon ou l’accordéon viennent se greffer sur plusieurs morceaux et apportent de la chaleur à la dominante électro mystérieuse et industrielle.

Lorsqu’on ferme les yeux en écoutant les mélodies du cd, on divague et l’on dérive vers des contrées hybrides : entre jungle urbaine, tango, paysage de rizières, Atlas, flûte traversières et plage déserte. Une musique visuelle et visionnaire ?

 

C’est donc un voyage sonore vers plusieurs continents lointains, mais aussi une quête plus profonde de l’esprit. Dans le titre "Utopia" une voix féminine s’interroge sur la communication :

"Do you think that the alphabet is a mean to express your deepest feelings, 26 letters ?"

(Pensez-vous que l’alphabet est un moyen d’exprimer ses émotions les plus profondes, 26 lettres ? )

ou encore dans le titre "life", on s’interroge sur la place de l’homme dans un environnement de plus en plus citadin et artificiel :

"In the city, you cannot see the stars, mistaken street lights with the heavens,but i use to drive into gravell roads, lay down on the hood of my car and watch star after star, fall and disappear. In the city a different kind of stars falls here..."

En ville tu ne peux pas voir les étoiles, tu confonds la lumière de la ville avec le paradis, mais j’ai l’habitude de partir en prenant des chemins caillouteux, de m’allonger sur le toit de ma voiture et de regarder les étoiles tomber et disparaître une à une. En ville, ce sont différents types d’étoiles qui tombent...

Mais assez blablaté : maintenant à vous d’écouter et de vous laisser dériver vers des murmures venus d’ailleurs...