Accueil > Les éditoriaux

Articles de cette rubrique

éditorial du 18 au 25 mai (Les éditoriaux)

vendredi 18 mai 2012 par Les ateliers pédagogiques : François
Madame la Ministre de la Culture et de la Communication, Monsieur le Président de la République, J’ai entendu dire qu’un vent nouveau était en train de souffler sur la politique de notre pays. Une bise d’Ouest qu’on attendait depuis longtemps. J’ai entendu dire aussi que dans les radios associatives, (...) > suite

edorial du 11 au 18 mai (Les éditoriaux)

vendredi 11 mai 2012 par Radio-Grésivaudan
Toujours difficile d’écrire un édito ! Même après un évènement comme celui qui s’est produit le week-end dernier et qui n’arrive pourtant qu’une seule fois..... tous les 5 ans, c’est à dire suffisamment rarement pour appeler une tonne de commentaires, susciter des milliers de critiques, de points de vue et (...) > suite

editorial du 4 au 11 mai (Les éditoriaux)

vendredi 4 mai 2012 par Radio-Grésivaudan
Quel éditorialiste n’a pas connu, au moins une fois, l’angoisse née du trop plein, à côté de laquelle l’angoisse de la page blanche apparaît comme un effarouchement de vierge limousine. Et depuis des semaines qu’on débat sur l’avenir du quinquennat tout a été dit ou presque. Et si je veux bien convenir (...) > suite

editorial du 27 avril au 4 mai (Les éditoriaux)

vendredi 27 avril 2012 par Benevol
Entre Belledonne et Bretagne, je navigue de la neige à l’écume et comme la route est longue, nous faisons quelques poses. Sieste, repas, boisson et lecture ! Parmi les feuilles qui ont illuminé mes yeux permettez moi de partager avec vous une lettre, la lettre de philippe Torreton à Jean Ferrat : (...) > suite

editorial du 13 au 20 avril (Les éditoriaux)

vendredi 13 avril 2012 par Radio-Grésivaudan
fenêtre ouverte à un habitant du Grésivaudan moteur de la tribune : http://tribune-pic-petrolier.org/ Appel à mobiliser la société face au pic pétrolier : vaste chantier ! Les scientifiques ne cessent d’alerter, de simples citoyens crient leur effarement devant l’aveuglement, l’OCDE exige un (...) > suite

editorial du 30 mars au 6 avril (Les éditoriaux)

vendredi 30 mars 2012 par Radio-Grésivaudan
Et j’ai eu comme un « flash » !!! Et je ne pense pas être le seul … Quel communiquant a soufflé à l’impétrant l’idée, après le moqué et très vite abandonné : « coup d’zig et coup d’zag » : figure légendaire du Tamouré tahitien, de s’afficher ainsi… J’ai peur… Depuis hier 28 mars à 19h00, je n’ose plus regarder (...) > suite

editorial du 23 au 30 mars (Les éditoriaux)

vendredi 23 mars 2012 par Radio-Grésivaudan
A celles et ceux qui se plaignent de l’actualité, soit qu’ils la jugent trop envahissante, grave et stressante, soit qu’ils en déplorent la médiocrité et la futilité, je ne peux, à première vue, qu’ exprimer ma compréhension, que souscrire à leur ennui et abonder dans leur sens. Rabâchage et (...) > suite

editorial du 16 au 23 mars (Les éditoriaux)

vendredi 16 mars 2012 par Radio-Grésivaudan
"Désormais, quand il y a une grève en France personne ne s’en aperçoit." C’est par ces mots, en 2008, que Nicolas Sarkozy essuyait à nouveau du revers de sa Rollex dorée, le droit de grève et la liberté d’expression. Indifférence criarde de mauvais goût face à l’importance symbolique de ce (...) > suite

edtorial du 9 au 16 mars (Les éditoriaux)

vendredi 9 mars 2012 par Radio-Grésivaudan
Écrire un édito entre deux bus et deux chambres miteuses, cela relève du défi... un peu comme traverser la route a Hanoi. Mais comme je suis plutôt joueuse, je le tente. Alors davance, excusez moi pour les accents, apostrophes et autres points dexclamation manquants... et pour tout manque de (...) > suite

editorial du 2 au 9 mars (Les éditoriaux)

vendredi 2 mars 2012 par Radio-Grésivaudan
« Quand on à rien à dire, et du mal à se taire, on peut aller toujours gueuler dans un bistrot… » (Bernard DIMEY) Aujourd’hui, je n’ai rien à dire, et je fréquente très peu les bistrots, alors comment rédiger un éditorial sur l’air du temps… Encore que, l’air du temps tiens, parlons en… Ca pue un peu au (...) > suite

editoal du 24 fevrier au 2 mars (Les éditoriaux)

lundi 27 février 2012 par Radio-Grésivaudan
Tout vient à point, il suffit d’attendre à défaut d’espérer. J’avoue que j’ai douté et que parfois le bourdon me prenait. Surtout le matin au réveil quand , la bouche sèche, je guettais le moindre signe qui me rassurât, la moindre rumeur qui me permît de retrouver quelque goût au présent. D’autres que moi (...) > suite

editorial du 17 au 24 février (Les éditoriaux)

vendredi 17 février 2012 par Radio-Grésivaudan
Jamais facile d’écrire un édito. Surtout en ces temps pré-électifs de campagne où la tentation de parler politique est trop forte. Cette semaine justement deux faits, qui à priori, n’ont rien à voir ont marqué mon esprit. D’abord la proposition de référendum sur les droits des chômeurs. Ensuite la (...) > suite

editorial du 10 au 17 fevrier (Les éditoriaux)

vendredi 10 février 2012 par Radio-Grésivaudan
Neige glaçante, froid glacial, brrrgl. Quand tout à coup... Coup de chaud, coup d’éclat, coup de gueule. Waou. A l’Assemblée Nationale mardi, le député apparenté PS Serge Letchimy s’exprime. Et ça déménage. Après les propos de Guéant sur les civilisations (ndrl « Toutes les civilisations ne se valent pas (...) > suite

editorial du 3 au 10 fevrier (Les éditoriaux)

jeudi 2 février 2012 par Radio-Grésivaudan
« La boîte aux amis » * Dimanche 29 janvier 2012, autour de 20 heures : Terrible, angoissant, Monsieur de la Vega est pris au piège, malgré une coalition d’amis, riches propriétaires, l’ombre de « L’Aigle », cette organisation secrète dont on ne connait ni les tenants, ni les aboutissants, plane sur (...) > suite

editorial du 27 janvier au 3 fèvrier (Les éditoriaux)

vendredi 27 janvier 2012 par Radio-Grésivaudan
Ca y est. Faut s’y coller. Et même si cela semble un peu tard , on n’y coupe pas . Tradition, courtoisie, souci des autres imposent que l’on y sacrifie. Ainsi donc n’échapperai-je point à la règle et, l’avouerai-je, sans que cela me coûte. Sans doute un reste de cette discipline inculquée dès la petite (...) > suite

editorial du 20 au 27 janvier (Les éditoriaux)

vendredi 20 janvier 2012 par Radio-Grésivaudan
Aujourd’hui deux nouvelles à priori sans liens, la victoire de Kokopelli et La fermeture de Megaupload. Et pourtant, des deux coté, ne s’il s’agit-il pas simplement du droit d’auteur ou devrais-je dire l’obligation de propriété à toutes choses et du devoir devoir de protéger les grands groupes ? Du coté (...) > suite

editorial du 13 au 20 janvier (Les éditoriaux)

vendredi 13 janvier 2012 par Radio-Grésivaudan
L’EPRA, c’est un Groupement d’Intérêt Public qui existe depuis 20 ans, et ça veut dire Echanges et Productions Radiophoniques. Echanges, parce qu’elle permet aux radios associatives partenaires (près de 170 dispersées sur le territoire français) de s’échanger des émissions, à travers une plateforme où (...) > suite

editorial du 6 au 13 janvier (Les éditoriaux)

vendredi 6 janvier 2012 par Radio-Grésivaudan
Et qui c’est qui s’y colle à l’éditorial le lendemain de Jour de l’An, c’est bibi…Et pourtant comme dirait mon cher Directeur, c’est un cadeau, oui, peut- être, mais un cadeau sinon empoisonné, du moins empoisonnant… Car taper un éditorial sur un clavier d’ordinateur même pas fabriqué « chez nous » qui (...) > suite

editorial du 24 decembre (Les éditoriaux)

jeudi 22 décembre 2011 par Radio-Grésivaudan
Edito du 23 décembre 2011 Alors que, comme chaque année à cette époque, resurgit le débat sur l’existence ou la non existence du Père Noël, il nous est apparu que nous devions à nos lecteurs, s’agissant d’un éditorial , de rappeler quelle était notre position collective par rapport à cette question (...) > suite

editorial du 2 au 9 decembre (Les éditoriaux)

vendredi 2 décembre 2011 par Radio-Grésivaudan
Si vous aviez à choisir entre Miss France et Longueur d’Ondes, vers lequel des deux événements vous tourneriez-vous ? Peut-être répondriez-vous que Miss France, vous savez ce que c’est, mais que Longueur d’Ondes, ça ne vous dit pas grand chose. C’est louable, puisque Miss France, c’est un événement de (...) > suite

Soutenir par un don