Accueil > Les éditoriaux

Articles de cette rubrique

editorial du 29 mars au 5 avril (Les éditoriaux)

vendredi 29 mars 2013 par Radio-Grésivaudan
C’est le printemps et c’est pas l’actualité qui m’inspire... Les chiffres du chômage explosent, Carla Bruni sort un disque, des gens s’opposent en masse au mariage gay, on sort le nouveau slip « anti-prout » et nous sommes encore libres de consommer avec les quelques deniers qui restent à la fin du (...) > suite

editorial du 22 au 29 mars (Les éditoriaux)

vendredi 22 mars 2013 par Benevol
De la notion de ressource considérée comme concept post-moderne 1-Dans un pays où la table -et les plaisirs qui vont avec- est revendiquée comme un élément premier de notre rayonnement national, on pourrait s’attendre à ce que ceux qui interviennent dans le champ industriel de notre alimentation (...) > suite

editorial du 15 au 22 mars (Les éditoriaux)

vendredi 15 mars 2013 par Radio-Grésivaudan
Je n’y connais strictement rien en religion. Mais alors, vraiment que dalle ! J’ai même été élevée dans une certaine méfiance des curés et des sœurs, sur lesquels j’ai entendu beaucoup plus de mal que de bien. Assez logiquement, je ne crois pas en Dieu. Mais parfois, je me dis quand même, j’ai d’énooormes (...) > suite

editorial du 8 au 15 mars (Les éditoriaux)

Pour un beau gâchis, c’est un beau gâchis. Le foutoir magnifique suscité par le projet de réforme des rythmes scolaires réveille en moi une posture épistolaire militante et vindicative que je croyais endormie. De quoi s’agit-il ? Nous avions entendu, en mars, un candidat dit de gauche, scotché aux (...) > suite

editorial du 1er au 8 mars (Les éditoriaux)

vendredi 1er mars 2013 par Radio-Grésivaudan
Stéphane Hessel est mort. « Créer, c’est Résister. Résister, c’est créer ! » En conclusion de l’appel des Résistants de 2004. Les auditeurs de Radio Grésivaudan s’étaient habitués depuis prés de 10 ans, à cette accroche quotidienne : un bon slogan pour une Radio Indépendante et Citoyenne ! Et puis, édité par (...) > suite

editorial du 22 au 28 février (Les éditoriaux)

vendredi 22 février 2013 par Radio-Grésivaudan
Homo-SaPionceSapionce Hétéro-Famille-Patrie Pourquoi - alors que la France est sur le point d’adopter le mariage homosexuel et de permettre à des milliers de personnes d’obtenir un statut d’époux(se) ou de p(m)ère – faut-il qu’un autre milliers de personnes se croient dans leur bon droit de manifester (...) > suite

editorial 15 au 22 fevrier (Les éditoriaux)

vendredi 15 février 2013 par Radio-Grésivaudan
Sacrifierai-je aux injonctions de l’air du temps, résisterai-je à la tentation de rejoindre la cohorte de ceux qui commentent ce qui, dans quelques semaines, sera rangé dans les tiroirs de l’oubli. Comment ne pas chausser, quand on éditorialise, les mêmes mules que celles de son voisin de gazette, (...) > suite

editorial du 08 au 15 fevrier (Les éditoriaux)

vendredi 8 février 2013 par Radio-Grésivaudan
Ne jamais lire la presse sérieuse le soir avant de se coucher. Je veux dire celle qui nous fait soudain prendre conscience du gouffre abyssal de notre ignorance, et nous révèle, tout à trac, qu’on prenait encore une fois des vessies pour des lanternes. Je savais bien, vu mon âge avancé, qu’il est (...) > suite

Editorial di 1er au 8 fevrier (Les éditoriaux)

vendredi 1er février 2013 par Radio-Grésivaudan
Quand ta petite voix intérieure devient grosse machine à broyer du noir, baisse le volume. Si elle s’acharne à prendre son air le plus sombre, le plus maussade, le plus cruel, ajoutes-y quelques banjos et deux trois guirlandes lumineuses... Tu verras, ça passera mieux ! C’est un peu pareil avec un (...) > suite

editorial du 26 janvier au 02 fevrier (Les éditoriaux)

vendredi 25 janvier 2013 par Radio-Grésivaudan
Digression sur le Verbe Falloir…. Y’a qu’à …faut qu’on ! Y’a qu’à…faux cons ! Y’a qu’à…Faucons ! Falloir, ce verbe impersonnel que le Petit Robert a positionné entre Fallacieux et Fallot…* Et qui ne se conjugue qu’à la troisième personne du singulier. L’il mystérieux ! Pas une seconde, pas une minute, (...) > suite

editorial du 18 au 26 janvier (Les éditoriaux)

vendredi 18 janvier 2013 par Radio-Grésivaudan
D’aucun diront que je me la raconte, et que j’ai de la chance de faire partie des privilégiés qui peuvent exercer leur métier selon l’emploi du temps qu’ils se choisissent (où à peu près). D’autres que je fais bien peu de cas de la croissance et de ceux qui la soutiennent en se levant tôt, dont Nicolas (...) > suite

editorial du 11 au 18 janvier (Les éditoriaux)

vendredi 11 janvier 2013 par Radio-Grésivaudan
Voilà, c’est fait. 2013 s’impose dorénavant à tous ceux qui reconnaissent la validité du calendrier géorgien. Pour les autres, c’est leur affaire. Et je ne vois pas pourquoi je céderais à l’intolérable pression de ceux qui élèvent l’anti-conformisme au rang de dogme post-moderne en renonçant à vous présenter (...) > suite

editorial du 4 au 11 janvier 2013 (Les éditoriaux)

vendredi 4 janvier 2013 par Les ateliers pédagogiques : François
Il a plu chez vous ? Ici... Un premier janvier 2013 Eveil provisoire. Celui qui autorise encore le sommeil. La lueur du jour traverse les interstices laissés par les volets mal clos. Puis quelques rêves égarent l’esprit, sans savoir la durée. Réveil définitif. La même lueur, à l’identique. (...) > suite

Editorial du 28 décembre au 4 janvier (Les éditoriaux)

vendredi 28 décembre 2012 par Les ateliers pédagogiques : François
A moins que les prédicateurs ne nous aient fait une farce en nous induisant en erreur sur la date, il semblerait que nous soyons passé avec brio à travers la fin du monde. D’ailleurs, le jour tant attendu du 21 décembre 2012, celui qui a fait couler tant d’encre et alimenté tant de discussions (...) > suite

Editorial du 28/12/2012 au 04/01/2013 (Les éditoriaux)

vendredi 28 décembre 2012 par Les ateliers pédagogiques : François
A moins que les prédicateurs ne nous aient fait une farce en nous induisant en erreur sur la date, il semblerait que nous soyons passé avec brio à travers la fin du monde. D’ailleurs, le jour tant attendu du 21 décembre 2012, celui qui a fait couler tant d’encre et alimenté tant de discussions (...) > suite

edtorial du 21 au 29 décembre (Les éditoriaux)

vendredi 21 décembre 2012 par Radio-Grésivaudan
A Radio Grésivaudan du 21 décembre 2012 (il est a peu prés 25 heures ) Boum !nous sommes entrés dans l’Ere quinquagénaire, Sans s’en apercevoir. Ca y est, je suis mort… Et bien cela me fait un drôle d’effet ! Et puis, je ne me rappelle plus très bien comment c’est arrivé. Voyons, voyons ? Mais, comment (...) > suite

eitorial du 14 au 21 decembre (Les éditoriaux)

vendredi 14 décembre 2012 par Les ateliers pédagogiques : François
Comment s’en sortir dans un monde cruel comme celui-ci ? Depuis la tendre enfance, on sait que l’être humain se construit de récits. Le cinéma, les livres sont du récit et l’information qu’elle soit filmée, écrite ou orale est elle aussi en plein dans le monde des Histoires. C’est bien ce qui nous (...) > suite

editoial du 7 au 14 decembre (Les éditoriaux)

vendredi 7 décembre 2012 par Radio-Grésivaudan
Trop plein ? Les événements qui se succèdent depuis près d’un mois , bien que de nature différente, sont l’occasion, pour les gazettes, de laisser libre cours à une logorrhée où l’information - pas toujours rigoureuse d’ailleurs – n’est que prétexte à une mise en scène où chacun , pour se démarquer du (...) > suite

editorial du 30 novembre au 7 decembre (Les éditoriaux)

vendredi 30 novembre 2012 par Radio-Grésivaudan
Fichtre ! Me voilà devant mon tout premier édito pour Radio Grésivaudan, et patatras, le trac de la page blanche qui scotche ma langue sur le clavier. Pourtant, ce n’est pas l’actu qui manque… Relis donc un article du Monde diplomatique sur la compétitivité ou l’emprise du monde financier sur les (...) > suite

éditorial du 23 au 30 novembre (Les éditoriaux)

vendredi 23 novembre 2012 par Les ateliers pédagogiques : François
Je sais, c’est pas très original d’écrire un édito là-dessus, tous les journaux se sont déjà emparés de l’énormité, mais je ne peux pas m’en empêcher, alors voilà, je vous le donne en mille : j’ai moi aussi envie d’exprimer mon indignation sur les chamailleries qui titillent ces jours-ci les deux grands hommes (...) > suite

Soutenir par un don